A – Conseils pour les poêles à granulés sans électricité

1 - Bien choisir ses granulés

Le choix des granulés de qualité est primordial pour éviter que votre appareil ne s’encrasse ou pour obtenir une bonne combustion donc un meilleur rendement et prolonger la durée de vie de votre appareil. Les pellets doivent être lisses, brillants, peu poussiéreux et de longueurs régulières.

Les critères de qualité des granulés sont les suivants :

- Norme Din + ou En +

- 100 % résineux

- Humidité H2O =< 8 %

- Taux de cendres =< 0.5 %

- Couleur la plus claire possible

Attention en ce qui concerne la cuisson,  il est impératif de consommer des granulés 100 % naturels ou 100 % résineux SANS ADDITIFS.

2 - Où les stocker ?

Les granulés se stockent dans un endroit sec et ventilé sur une palette afin d’éviter le contact avec le sol.

Attention : des granulés qui ont pris l’humidité doivent être jetés.

3 - Comment fonctionne le poêle à granulés sans électricité ?

Cet appareil fonctionne sans électricité, sans carte électronique et sans ventilation ; Il peut être comparé à un poêle à bois et est aussi silencieux.

Il suffit de remplir le réservoir de granulés pour que ceux-ci tombent au fur et à mesure dans le creuset grâce au système de gravité. Les cendres sont expulsées directement dans le cendrier, le niveau des braises baisse et laisse la place à de nouveaux granulés.

Vous pouvez gérer la puissance en réglant l’arrivée d’air.

4 - L’allumage

Etape 1 : Déverrouillez l’accès au réservoir avec le levier d’alimentation et le remplir de granulés puis le verrouiller. Remarque : Le réservoir peut être rempli en cours de fonctionnement en toute sécurité grâce au système d’écluse qui empêche le retour de flamme.

Etape 2 : Les granulés tombent dans le creuset.

Etape 3 : Placez un allume feu sur les pellets en poussant la porte sans la verrouiller, le temps que le feu prenne bien. Puis verrouillez la porte.

5 - Comment entretenir votre poêle ?

L'entretien de votre installation est indispensable pour assurer une bonne combustion, bénéficier d'une sécurité permanente, mais aussi préserver sa durée de vie. Certaines tâches d'entretien sont à effectuer régulièrement, d'autres plus ponctuellement. Voici les principales opérations à mener, conjointement à celles mentionnées dans la notice de votre appareil.

IMPORTANT : Toutes les opérations de nettoyage et d'entretien sont à effectuer lorsque l'appareil est totalement froid.

a - Le pot de combustion ou creuset et le décendrage

Etape 1 : Videz le cendrier

Etape 2 : Retirez le pot de combustion et l’aspirez ainsi que son emplacement. Veillez à ce que les petites fentes du creuset soient propres afin que les cendres puissent s’évacuer librement.

Etape 3 : Grattez à l’aide du grattoir, fourni avec l’appareil, le tube de chute et actionnez les échangeurs qui se trouvent au-dessus, de chaque côté du tuyau de sortie de fumées (voir notice).

Une fois propre, repositionnez le pot de combustion et procédez à l’allumage.

b - La vitre

La vitre de votre appareil s'encrasse naturellement et tend à masquer petit à petit l'intérieur, vous privant du plaisir de la vue de la flamme. Il est donc nécessaire de la nettoyer régulièrement.

En fonctionnement normal, il suffit d’un chiffon humide pour nettoyer la vitre. Lors d’une utilisation au ralentit, l’encrassement est plus important, utilisez un produit nettoyant spécial vitre pour poêles et foyer ; pulvérisez le produit sur un chiffon doux lorsque la vitre est froide.

La pulvérisation directe sur la vitre risquerait d'endommager prématurément les joints ainsi qu’accélérer la corrosion de certaines pièces.

c - Le ramonage

À QUOI ÇA SERT ?

L'utilisation de votre appareil de chauffage génère des dépôts de résidus et de suies qu'il est nécessaire de nettoyer régulièrement. Le conduit de votre poêle doit ainsi être dégagé de tout obstacle qui pourrait altérer son utilisation, provoquer un feu de cheminée ou une intoxication au monoxyde de carbone. Le ramonage est obligatoire.

En cas de non-réalisation, une contravention sanctionnée par une amende de troisième classe peut aller jusqu'à 450€.

FRÉQUENCE

Le règlement sanitaire départemental impose 2 ramonages par an et autant que nécessaire pour les conduits de fumée de combustibles solides et liquides (bois, charbon, fioul), dont un durant la période de chauffe. Il est donc conseillé de faire un premier ramonage hors saison, puis un second à mi-saison.

COMPÉTENCES

Le ramonage doit impérativement être réalisé par un professionnel déclaré, qui vous remettra un certificat attestant de la vacuité des conduits sur toute leur longueur. Votre assureur étant susceptible de vous demander ce document en cas de sinistre, il est important de le conserver au minimum deux ans.

Le ramonage doit être effectué idéalement « par le haut », afin de vérifier l'ensemble de l'installation, de la sortie de toit au foyer.

Quelques recommandations de sécurité :

o Éloigner tout matériaux ou objets inflammables

o Installer une protection pour poêle devant l’appareil

o Installer une plaque de sol sous le poêle

o Protéger le mur avec une protection murale isolante qui fait office d’écran thermique

o La porte doit rester fermer durant le fonctionnement de l’appareil

o Le cendrier doit être retiré avec un gant résistant à la chaleur. Le bon fonctionnement de votre appareil et la qualité de chauffage dépendent notamment du combustible utilisé.

B - Conseils pour les poêles à bois

1 - Les bûches

En fonction de l'appareil dont vous disposez, vous opterez pour une dimension de bûches adaptée au foyer. Celles de petite longueur sont toutefois à privilégier. En effet, le pouvoir calorifique de deux bûches de 25 cm est plus important que celui d'une bûche de 50 cm. Veillez à ce que les bûches soient bien fendues en quartiers, elles brûleront plus facilement que les rondins pleins. Ces derniers peuvent être utilisés pour l’allumage du feu.

2 - L’essence

Le pouvoir calorifique du bois varie en fonction de sa nature, les essences n'ayant pas toutes le même pouvoir énergétique. La densité du bois joue également un rôle primordial dans la combustion.

Certaines essences seront donc à privilégier lors des différentes étapes d'utilisation de votre appareil, selon la disponibilité des ressources de votre région.

Le chêne, l’hêtre, le charme, le frêne … sont des bois durs avec lesquels vous obtiendrez une combustion lente et durable, des braises qui rayonnent longtemps et donc un pouvoir calorifique élevé ; Contrairement aux résineux et feuillus ( sapin, épicéa, peuplier, tilleul ...) qui sont interdits car ils montent en température trop rapidement, provoquent des projections incandescentes et encrassent le conduit de fumée.

3 - Un bois sec

Son taux d’humidité doit être inférieur à 20 % pour garantir une bonne production de chaleur et diminuer l’encrassement des vitres et conduits et enfin pour obtenir un rendement optimal de l’appareil.

Pour reconnaître du bois sec, il existe des testeurs d’humidité ou bien vérifier que l’écorce du bois ne contient pas de champignons ou moisissures, qu’il est léger et qu’il possède de larges fentes aux extrémités.

4 - Où le stocker ?

Les conseils pour stocker votre combustible dans les conditions optimales sont les suivants :

  • Il doit être stocké sous abri extérieur afin qu’il soit aéré et ventilé.
  • Il doit avoir 2 ans de stockage environ (4 ans pour le chêne) et doit être posé sur une bâche ou palette afin qu’il ne prenne pas l’humidité du sol.
  • Il doit être fendu pour favoriser l’évaporation.

5 - Consignes à suivre avant l’allumage :

ÉTAPE 1 : Vérifiez que le bac à cendres (également appelé cendrier) de votre poêle est vide.

ÉTAPE 2 : Ouvrez toutes les manettes d'arrivée d'air frais située sur l'appareil. L'ouverture se matérialise par une grille ou une bouche..

Au cours de l'allumage, une quantité d'air frais importante est en effet nécessaire pour obtenir une combustion rapide. Cela permet:

  • de chauffer intégralement l'appareil et le conduit, et d'évacuer les éventuelles condensations qui peuvent apparaître lorsque l'appareil s'éteint ou fonctionne au ralenti.
  • d'obtenir un lit de braises conséquent qui maintiendra la température du foyer suffisamment haute tout au long du temps de chauffe.

6 - Comment bien allumer son feu de bois ?

Les appareils que nous vous proposons sont de plus en plus performants ; pour en tirer le plein avantage, il faut toutefois veiller à bien les utiliser, et le démarrage du feu est un moment important pour obtenir le chauffage et le confort visuel qui doivent vous être apportés.

Pour obtenir une combustion correcte et efficace, il faut un feu bien allumé. Veillez donc à utiliser des bûches bien sèches.

Ensuite, pour éviter un allumage enfumé, et dégager moins de gaz, préférez un allumage par le haut.

Aussi curieux que cela puisse paraître, allumer un feu à partir du haut, plutôt que de la base comme chacun sait, est bien plus simple et efficace.

Commencez par disposer deux bûches de taille moyenne dans votre foyer ou votre poêle. Superposez ensuite sur ces bûches du petit bois, en prenant soin de croiser la couche supérieure par rapport à celle inférieure. Pour finir, déposez 2 ou 3 cubes allume-feu sur le tout. Allumez les cubes… puis entr'ouvrir la porte de votre appareil, en laissant une arrivée d’air ouverte. Au bout de quelques minutes, lorsque votre feu est bien parti, vous pourrez rajouter une bûche ou plus. Cette méthode est extrêmement efficace, propre, rapide, et permet d’obtenir un très beau lit de braise.

7 - Comment entretenir votre appareil ?

L'entretien de votre installation est indispensable pour assurer une bonne combustion, bénéficier d'une sécurité permanente, mais aussi préserver sa durée de vie. Certaines tâches d'entretien sont à effectuer régulièrement, d'autres plus ponctuellement. Voici les principales opérations à mener, conjointement à celles mentionnées dans la notice de votre appareil.

IMPORTANT Toutes les opérations de nettoyage et d'entretien sont à effectuer lorsque l'appareil est totalement froid.

a - Le décendrage

L'apport en air au feu peut être amoindri en cas d'excès de cendres, provoquant ainsi une mauvaise combustion et un encrassement de l'appareil. Il est donc important de décendrer (enlever les cendres) régulièrement, comment ?

ÉTAPE 1 : Faites tomber les cendres à travers la grille, tout en veillant à laisser un lit pour faciliter l'allumage du prochain feu. Les cendres agissent comme un isolant et permettent de garder les braises au chaud.

ÉTAPE 2 : Videz le bac à cendres (également appelé cendrier) situé sous la grille de la chambre de combustion tous les 2 à 4 jours, afin d'éviter le trop plein et la déformation de cette grille. Un nettoyage plus complet du logement du bac à cendres et de la chambre de combustion est recommandé une fois par semaine, en cas d'utilisation quotidienne de l'appareil.

b -La vitre

La vitre de votre appareil s'encrasse naturellement et tend à masquer petit à petit l'intérieur, vous privant du plaisir de la vue de la flamme. Il est donc nécessaire de la nettoyer régulièrement.

Utilisez un produit nettoyant spécial vitre pour poêles et foyers, pulvérisez le produit sur un chiffon doux, nettoyez la vitre .

La pulvérisation directe sur la vitre risquerait d'endommager prématurément les joints.

c - Le ramonage

À QUOI ÇA SERT ?

L'utilisation de votre appareil de chauffage génère des dépôts de résidus et de suies qu'il est nécessaire de nettoyer régulièrement. Le conduit de votre poêle doit ainsi être dégagé de tout obstacle qui pourrait altérer son utilisation, provoquer un feu de cheminée ou une intoxication au monoxyde de carbone. Le ramonage est obligatoire.

En cas de non-réalisation, une contravention sanctionnée par une amende de troisième classe peut aller jusqu'à 450€.

FRÉQUENCE

Le règlement sanitaire départemental impose 2 ramonages par an et autant que nécessaire pour les conduits de fumée de combustibles solides et liquides (bois, charbon, fioul), dont un durant la période de chauffe. Il est donc conseillé de faire un premier ramonage hors saison, puis un second à mi-saison.

COMPÉTENCES

Le ramonage doit impérativement être réalisé par un professionnel déclaré, qui vous remettra un certificat attestant de la vacuité des conduits sur toute leur longueur. Votre assureur étant susceptible de vous demander ce document en cas de sinistre, il est important de le conserver au minimum deux ans.

Le ramonage doit être effectué idéalement « par le haut », afin de vérifier l'ensemble de l'installation, de la sortie de toit au foyer.

Quelques recommandations de sécurité :

  • Éloigner tout matériaux ou objets inflammables
  • Installer une protection pour poêle devant l’appareil
  • Installer une plaque de sol sous le poêle
  • Protéger le mur avec une protection murale isolante qui fait office d’écran thermique
De vrais professionnels pour vous conseiller
Echelonnez votre paiement jusqu'à 24 mois sans frais
Livraison rapide en France métropolitaine